Oscar Niemeyer, architecte de la courbe - Le Musée de Niteroi, 1991-1996

Oscar Niemeyer, architecte de la courbe - Le Musée de Niteroi, 1991-1996

Contemporain de la construction du Musée de Bilbao de Frank Gehry, le non moins spectaculaire Museo de Arte Contemporanea de Niteroi, édifié entre 1991 et 1996, est sans conteste l’une des plus belles réussites de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer (1907-2012) dans la dernière partie de sa vie. Céline Dumas, Directrice des Musées de Béziers, nous invite à une promenade architecturale et poétique à Rio. Historienne de l'art et conférencière, elle a enseigné l'histoire de l'architecture, de l'art moderne et contemporain à l’École du Louvre. Actuellement directrice des Musées de Béziers, elle pilote la restructuration d'un projet muséal dans le Palais des Évêques de la ville.

Juché sur un promontoire naturel, face à la baie de Guanabara et au fameux Pain de sucre de Rio, l’immense capsule futuriste qui compose le musée de Niteroi semble tout droit sortie d’un film de science-fiction.

Niemeyer, un style épuré et organique

Pour ce fils de graphiste, le dynamisme de la ligne courbe opère comme un véritable fil conducteur tout au long de sa carrière, lui permettant d’affirmer son identité face à l’héritage colossal des représentants du style international. Marqués par les modernités radicales d’architectes comme Frank Lloyd Wright, Walter Gropius, Mies Van Der Rohe ou Le Corbusier, Oscar Niemeyer élabore, dès les années 1930, un style épuré et organique que lui inspirent, en outre, les volutes biomorphiques d’un Jean Arp ou d’un Picasso à la même époque. Aux côtés de Lucio Costa, il participe à la renaissance architecturale du Brésil, jusque-là enfermé dans un classicisme colonial considéré comme désuet, et signe le complexe de Pampulha dans les années 1940 ainsi qu’une large partie des édifices commandés par Juscelino Kubitschek en 1950 pour la nouvelle capitale administrative du Brésil, Brasilia.

Le musée de Niteroi, un ovni dans la ville

À Niteroi, telle une soucoupe volante, le musée qui surplombe une falaise terminée par une plage devient l’atout insolite d’un paysage typique du Brésil. Niemeyer invoque l’épanouissement organique et sensuel d’une fleur dont la courbe, partie de la terre, grandit et se déploie en une double coque de béton peint en blanc, conçue, en outre, comme un véritable bouclier pouvant supporter 400kg/m² et des vents de plus de 200km/h.

La rampe d’accès de béton teinté en rouge, aux courbes serpentines, revisite avec audace l’entrée majestueuse des musées classiques, temples du Beau et du savoir. Ici, le rite initiatique de l’entrée au musée, sur 98 mètres, se divise en deux parties pour rejoindre aisément les deux premiers étages, l’un d’eux débouche directement dans le noyau central où se trouve la salle d’exposition permanente aux parois hexagonales. L’architecture, telle une sculpture monumentale, se laisse contempler dans le bassin de 817 m², poétiquement intitulé « Boa vagem » ou Bon voyage.

Une « promenade architecturale »

À l’intérieur, les espaces se composent d’un étage semi-enterré ainsi que de trois niveaux, agencés autour d’un cylindre de 9 m de diamètre, d’une superficie de 2500 m². Le premier accueille l’auditorium, les espaces de réserves ainsi qu’un restaurant. Le deuxième, constituée d’une galerie circulaire, invitation à une « promenade architecturale », selon les termes de Le Corbusier, résulte d’une véritable prouesse architecturale : 70 panneaux de verres feuilletés, conçus sur mesure, ont pour écrin une structure en acier, inclinée à 40°. Cette technique permet un éclairage léger et diffus dans tout l’espace. Les autres niveaux ouvrent sur les salles du parcours permanent et temporaire auxquels s’ajoutent les espaces administratifs.

De nuit, la mise en scène du lieu est sublimée par la présence de 34 billets de lumière à l’extérieur et d’un faisceau qui accompagne la rampe, soulignant la qualité graphique du lieu.

À Niteroi, l’architecte brésilien mêle brillamment les qualités d’une architecture singulière et aérienne aux exigences d’un musée : entre poésie et nécessaire lisibilité des espaces pour l’accueil des visiteurs.

Voyage Brésil

En 2020, Rio de Janeiro est la première "capitale mondiale de l'architecture" UNESCO-UIA. À cette occasion, nos spécialistes ont élaboré des circuits basés autour de la programmation du congrès UIA (Union Internationale des Architectes), pour ne rien manquer du plus grand événement mondial en matière d’architecture et d’urbanisme.

Découvrir
3 raisons de choisir
Les Maisons du Voyage

Des propositions pertinentes quels que soient le budget et la destination

Une agence de voyage créative, tout un univers dédié au voyage

Un service personnalisé du premier contact jusqu'au retour