Fêtes et festivals en Inde

ou

En Inde, l’hindouisme se caractérise par une diversité de dieux, sanctuaires et pratiques unis par les mêmes schèmes culturels d’une grande civilisation : la fameuse « unité dans la diversité » selon la formule de Jawaharlal Nehru, ancien Premier Ministre de l’Union indienne, père d’Indira Gandhi et disciple nuancé de Gandhi. Résultat : un florilège de rituels séculaires, de processions chatoyantes, de commémorations célèbre les dieux, honore les héros et rythme la vie quotidienne indienne et le cycle des saisons, en Inde du Nord comme en Inde du Sud.
Focus sur 12 événements festifs et populaires majeurs qui ajoutent au charme et à l’intérêt du voyage, à vivre grâce aux départs spéciaux autour des fêtes, carnavals et festivals en Inde concoctés par nos experts explorateurs. Pour une découverte hors du commun parée de couleurs, de sonorités irrésistibles et de parfums exaltants, à la rencontre des us et coutumes des terres indiennes.

À noter : axées sur un calendrier combinant cycles lunaire et solaire, les dates de ces événements changent chaque année.

Festival du désert de Jaisalmer (Rajasthan) : février

Chants et danses traditionnels du Rajasthan, courses de chameaux, concours de moustaches, concours du noué de turban, sur fond de dunes de sable du désert de Thar, de grès doré et de havelis ciselées.

Foire de Baneshwar (Gujarat) : février

De nombreuses ethnies de toute la région participent à cette fête folklorique et tribale empreinte de rites religieux, qui se tient à Dungarpur dans une ambiance festive.

Holi, la fête des couleurs (toute l’Inde) : février-mars

Fête de l’équinoxe de printemps et fête des couleurs dédiée à Krishna, Holi marque à l’origine la célébration d’un ancien culte de fertilité et du renouveau de la vie associé au cycle des saisons. À cette occasion, les Hindous, quelle que soit leur appartenance de caste, s’aspergent abondamment de poudre et de liquide colorés. Orange pour l’optimisme, bleu pour la vitalité, rouge pour la joie e l’amour. L’intense brassage intercommunautaire suscité lors de cet événement lui fait prendre aussi le nom de « fête du cœur ». Dans les campagnes et aux croisements des avenues des quartiers des villes grandes et moyennes, la nuit précédent Holi, on brûle une effigie représentant la démone éponyme Holika pour commémorer sa destruction par le dieu berger Krishna.

Holla Mohalla (Pendjab) : mars

Le festival sikh de Holla Mohalla, à Anandpur Sahib, met à l’honneur la cavalerie et les arts martiaux dans une liesse générale. Initié en 1701 à l'époque du 10e guru, Guru Gobind Singh, c’est l’occasion pour les Sikhs de démontrer leurs habiletés martiales dans des combats dramatiques d'arts martiaux simulés (connu sous le nom de gatka). D’impressionnantes démonstrations du maniement d'armes, de tir à l'arc et de lutte sont données, ainsi des cascades spectaculaires. Les démonstrations d’art équestre particulièrement remarquables sont animées par des cavaliers émérites. Sont également programmés des récitals de musique et de poésie, des spectacles de chants et danses et des moments réservés à la prière.

Gangaur (Rajasthan) : mars-avril

Cette fête hindoue propre au Rajasthan est célébrée en l’honneur de la parèdre de Shiva, Gauri, divinité de l’abondance. Elle donne lieu à des processions de chars portant des effigies de bois, en direction des principaux réservoirs, pour y immerger les représentations des dieux. Les femmes se parent de tenues chatoyantes en l'honneur de Gauri-Parvati, épouse de Shiva. Danses et musiques envahissent la ville.

Fête de Chithirai (Tamil Nadu, Madurai) : fin avril-début mai

Cette fête commémore les noces de Sri Meenakshi, la déesse aux yeux de poisson, l’une des formes de la parèdre de Shiva, avec Sudareshwara, un avatar de Shiva. Les effigies des époux sont promenées en char à travers la ville et escortées à l’occasion par des centaines de milliers de fidèles venus de l’Inde entière.

Fêtes des monastères bouddhistes (Ladakh) : juin-juillet-août

Durant ces festivals monastiques célébrées chaque année avec une grande ferveur, des moines affublés de robes colorées et de masques effrayants exécutent des cham (danses de masques sacrées), représentant la purification de l'esprit et le triomphe du bien sur le mal. À Lamayuru, Phyang...

Festival du Ladakh (Leh) : août

Concerts, tir à l’arc, polo, danses masquées animent les rues de la capitale de la région pendant le festival du Ladakh.

Moharram (toute l’Inde) : août

Cette fête musulmane chiite célébrant la mort d’Hussein, gendre du prophète Mahomet, en 680, marque le premier mois du calendrier musulman. Une période de jeûne qui s’achève avec des processions de chars portant des « taziya », grandes répliques réduites, colorées et scintillantes, du mausolée de Hussein.

Nehru Cup Snakeboat Race (Kerala, Allepey) : le deuxième samedi du mois d’août

Le « course des bateaux serpents » aligne, sous les yeux de milliers de spectateurs, d'innombrables pirogues richement décorées dans lesquelles sont installés jusqu’à cent rameurs protégés par des ombrelles de soie aux couleurs éclatantes.

Diwali, fête des lumières (toute l’Inde) : septembre-octobre

Diwali, ou Dipavli, le « festival hindou des lumières », honore les instruments de travail, les symboles de vie. D’un point de vue liturgique, elle célèbre le retour du roi Ram (incarnation de Vishnu) dans sa capitale d’Ayodhya (dans l’État actuel de l’Uttar Pradesh) après un combat victorieux contre le démon Ravana sur l’île de Lanka. Cette fête est considérée comme de bon augure pour les affaires. Chaque recoin des maisons, et particulièrement des façades, est illuminé avec des petites chandelles (dipa ou diya) de beurre clarifié afin de gagner les faveurs de Lakshmi, la déesse de la richesse.

Foire de Pushkar (Rajasthan) : novembre

Dans cette immense foire aux chameaux à l’atmosphère de fête foraine, courses et concours de dromadaires caparaçonnés se mêlent aux rituels religieux (Pushkar est la seule cité indienne où l’on honore Brahma, créateur de l’univers et premier dieu de la trinité hindoue avec Vishnu et Shiva).