Culture et traditions au Pérou

ou

Adresse coup de coeur

Nous avons déniché pour vous le concept store Vernacula Barranco à Lima. Voici l’une des boutiques iconiques de Barranco, quartier bohème de la capitale. Ancien site de villégiature dans les années 20, puis abandonné, il renaît dans les années 2000 sous la férule de certains artistes, galeristes et restaurateurs qui en ont fait leur nouveau terrain de jeu. Aujourd’hui, boutiques-hôtels, galeries d’art, boutiques trendy et bistrots péruviens s’articulent dans les rues pavées sous un prisme green et responsable. Le bric-à-brac organisé de Vernacula met en scène à merveille la richesse inouïe de la création contemporaine péruvienne.

Artisanat & souvenirs

La tradition artisanale est très importante au Pérou. Pour vos achats en alpaga (pulls, écharpes, gants, plaids, châles - budget : 70 à 120 US$ pour un pull en 100% baby alpaga, laine la plus fine du monde après la vigogne), la ville reine est Arequipa. Dans la région du Canyon de Colca, la spécialité est aux tissages brodés. Dans la région de Cusco, on trouve des textiles très colorés en laine de mouton, des céramiques stylisées, des bijoux en or ou en argent, des reproductions de pièces archéologiques, des instruments de musiques, des peintures naïves, des sculptures sur bois, de la vannerie... À Puno, à nouveau des textiles, dont ceux de la communauté de Taquile ainsi que les articles tressés avec la totora (roseau) par la communauté Uros. Dans le nord du Pérou, des articles de vanneries et des reproductions de pièces archéologiques mochicas ou chimus.
Le marchandage n’est pas une pratique courante au Pérou, vous pouvez toujours négocier, mais sachez que le prix n’est jamais surestimé au premier contact pour offrir ensuite des remises très alléchantes.

Conseils pour un voyage responsable :
Privilégiez la qualité avec les pièces artisanales produites localement par les communautés elles-mêmes. Plus chères que celle importées et fabriquées industriellement, elles sont non seulement la garantie d’un circuit court mais surtout de la pérennisation d’un savoir-faire ancestral utilisant des matières premières à proximité. Les communautés intègrent ainsi un meilleur bénéfice de leur travail sans dépendre d’un fournisseur.
Préférez le règlement en monnaie locale.
Veillez à respecter le patrimoine naturel et historique des pays visités en évitant les collectes sauvages (fleurs, sable, pierres, pièces archéologies, etc.), en refusant tout achat issu du trafic d’objets d’art (en général, revendus dans la rue) ou ceux provenant d’espèces protégées.

Musée

Notre endroit préféré pour faire le plein d’art et culture : le Museo Larco à Lima, un must ! Cette collection précolombienne privée, remise en lumière en 2009 par Carole Fraresso, brillante archéologue française, se love dans les magnifiques jardins d’une ancienne hacienda des faubourgs de Lima. Ce superbe musée, qui met parfaitement en scène les trésors des civilisations pré-incas, est une excellente introduction sur les méconnues civilisations du nord du pays. Ainsi, les plus belles pièces d’orfèvrerie des maîtres de l’or mochica ou chimu, renversantes de beauté, nous apprennent beaucoup sur les traditions de ces brillantes cultures. À ne pas manquer : la salle dite érotique, où sont exposées les plus belles pièces mochicas.

Religion

Le Pérou est un pays majoritairement catholique, bien que le syncrétisme avec les croyances andines perdure depuis la colonisation espagnole. Les Péruviens sont des pratiquants assidus. De nombreuses fêtes catholiques jalonnent le calendrier. La plus importante est la Semaine Sainte (avant le dimanche de Pâques).

Conseil pour un voyage responsable :
Respectez les rites et coutumes et portez une tenue appropriée lors de visites d’églises - parfois le short ou bermuda ne sont pas tolérés, tout comme les épaules nues chez les femmes.

Savoir voyager

Conseils pour un voyage responsable :
Les Péruviens sont très volontaires et agréables. Évitez de témoigner des signes d’impatience ou d’énervement, souvent mal interprétés. Faites preuve d’un esprit ouvert, en essayant de comprendre l’autre : accepter les différences de votre pays hôte, respecter les mentalités locales, les durées légales de travail, les contraintes inhérentes (par exemple : savoir patienter si le service n’est pas assez rapide, supporter des temps de route parfois longs en raison de distances inévitables, de conditions météorologiques, de travaux intempestifs ou d’embouteillages). Évitez les sujets politiques avec un guide avant qu’il ne vous en parle, les critiques et remarques directes sur le pays.

Traditions du nouvel an

Faire partir l’année écoulée en fumée ! Dans les Andes, en Colombie, en Équateur, au Pérou ou encore au Chili, des milliers de pantins de bois, papier et chiffons sont enflammés dans les rues, à minuit. Parfois à l’effigie de politiciens ou célébrités que l’on n’apprécie pas, ils s'appellent "El Año Viejo " (la vieille année) en Colombie. Objectif : éloigner la malchance en détruisant toute l’énergie négative de l'année passée pour démarrer la nouvelle année du bon pied.

Régler ses comptes sportivement. Principalement dans la province de Chumbivilcas, le rituel « Takanakuy », en quechua « se frapper », perdure au seuil de la nouvelle année ! La tradition remonte au XVIIIe siècle, lorsque deux importantes familles de propriétaires terriens se disputaient le contrôle de la région en organisant des combats d’esclaves... Aujourd’hui, le combat rituel est plus un duel sportif qu’un règlement de compte et se déroule dans une ambiance joviale, sous l’œil de l’arbitre, le ronderos, qui veille au bon respect des règles.