15 spots en Amérique latine pour s’évader en automne

15 spots en Amérique latine pour s’évader en automne

Le plus précieux est sans doute d’avoir le luxe de rêver et de croire en l’avenir, tout en étant conscient de l’incertitude actuelle et des lendemains complexes auxquels nous sommes confrontés. En ce moment, nous avons plus que d’ordinaire le temps de réfléchir à un prochain voyage, alors profitez-en ! Notre équipe de spécialistes de l’Amérique latine vous dévoile ses spots préférés. 15 idées de voyages à l’automne, afin que la reprise passe par la découverte et la rencontre.

Osez rêver ! Réservez l’esprit tranquille votre prochain voyage en Amérique latine, nous avons des garanties à vous offrir.

L'Amerique latine du nord au sud

1. Région du Bajio (Mexique)

Cette région méconnue au nord de Mexico est pourtant l’une des plus fabuleuses du pays. Elle est riche de nombreuses cultures préhispaniques comme les Toltèques. Les vestiges de leur capitale, Tula, se singularisent par leurs impressionnants Atlantes. Mais c’est avec la soif d’or des Conquistadores qu’elle connut un boom économique. Mines d’or et surtout d’argent vont asseoir le pouvoir colonial en faisant fleurir églises baroques et résidences de prestige. Querétaro, San Miguel de Allende, Guanajuato rivalisent de beauté, offrant aujourd’hui un cadre authentique, paisible, artistique, romantique à une population féru d’art et d’art de vivre, à l’instar du fameux « Festival Internacional Cervantino » à Guanajuato en octobre.

2. Vallée de Viñales (Cuba)

À l’ouest de l’île, ce paysage de mogotes, collines calcaires habillées d’un mur végétal, est devenu le jardin des paysans cubains, qui ont façonné au fil des siècles cette riche terre ocre, terreau incomparable des plantations de tabac. Les planteurs ajoutent encore au cadre esthétique avec leur élégante tenue, chemise Guayabera et sombrero de paille. Une balade à cheval dans cette contrée intemporelle fait partie des must qu’offre Cuba. Le mois de novembre, transition entre période humide et sèche, est particulièrement agréable car l’île est beaucoup moins fréquentée qu’en hiver. Dans le village de Viñales, on croise le soir les familles sous le porche de leurs jolies maisons colorées, profitant d’une fraîcheur retrouvée dans la plus belle région de Cuba.

3. Parc national du Corcovado (Costa Rica)

La péninsule d’Osa, au sud-ouest du Costa Rica, face au Pacifique, représente l’une des plus belles régions du pays. Le parc national du Corcovado est habitué aux superlatifs. Ici tout est plus dense, plus riche, plus intensément peuplé de faune en tout genre. Déjà rejoindre son lodge est une aventure en soi. Mais c’est pour mieux s’immerger dans une nature reine, où l’homme n’est que temporairement invité. À ne pas manquer : Isla del Caño, réserve biologique à 12 miles nautiques de Bahia Drake (18 km). Visitée par les baleines à bosse et les oiseaux migrateurs, elle est cernée de coraux à la très grande biodiversité marine. Idéal pour la plongée, c’est aussi un joli lieu de snorkeling, mais sans débarquement possible sur l’île.

4. Village de Barichara (Colombie)

Le plus beau village de Colombie ? Certainement le coup de cœur de toute notre équipe ! Tous ceux qui ont eu la chance d’y séjourner sont tombés sous le charme de ce bourg figé dans le temps, situé à sept ou huit heures de route au nord-est de Bogota. Avec ses édifices traditionnels parfaitement conservés, faits de "bahareque" (roseau et pisé) aux murs chaulés, Barichara, déclarée monument national, est l’un des plus beaux témoignages des villages construits durant la période coloniale espagnole. La parfaite harmonie qui y règne apaise le visiteur jusqu’à vous faire perdre le sens du temps qui passe… « Comment ça, cela fait trois jours qu’on est ici ? On est arrivés hier ! » (du vécu).

5. Archipel des Galápagos (Équateur)

Il est de ces lieux mythiques dont on en rêve toute une vie. Isolé dans l'océan Pacifique à 1 000 km des côtes de l’Amérique du Sud, l’archipel des Galápagos s’inscrit pleinement dans la légende. Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, l’archipel mérite plus que jamais le titre de "dernier sanctuaire de la vie sauvage" que lui offrit Jacques-Yves Cousteau. Dans ce paradis perdu, qui présente une galerie de l’évolution unique au monde, tout étonne, charme ou émeut. Ici, c’est l’homme qui doit s'accorder à la faune sauvage et non l’inverse... Pour une harmonie nouvelle et sans pareille. Les mois d’octobre et novembre sont considérés comme l’une des meilleures périodes de l’année pour découvrir l’archipel. Un juste équilibre entre météo, température de l’eau, activité de la faune terrestre et marine.

6. Plage de Mancora (Pérou)

Il est temps de découvrir le nord du Pérou ! Parcourez les merveilles de la « vallée des rois et des reines Mochicas » qui s’égrènent au long de la côte du Pacifique depuis Trujillo jusqu’à Chiclayo. Ici les vestiges de civilisations perdues et les trésors trouvés dans les tombes de leurs hauts dignitaires vous surprendront. Puis poursuivez encore plus au nord vers Tumbes, pour un séjour balnéaire à la fin de votre voyage. Nombreux sont les réticents à séjourner face au tumultueux Pacifique. Soyez rassurés, nous avons testé pour vous les plages de Mancora, douce station balnéaire sur le littoral nord accessible depuis l'aéroport de Tumbes. Voici un petit coin de plage idéal où se reposer, loin des sentiers battus pour un séjour en toute authenticité.

7. Archipel de Fernando de Noronha (Brésil)

Classé au patrimoine mondial par l’Unesco, voici l’un des derniers lieux préservés du monde en plein océan Atlantique, à 360 km de la côte brésilienne. Oscillant entre l’âpreté de son assise volcanique battue par les vents du large et la douceur tropicale de ses plages abritées par la plus grande barrière de corail d’Amérique du Sud, cet archipel paradisiaque se réserve à seuls quelques privilégiés car en accès limité par avion. À découvrir notamment à la meilleure saison, en septembre et octobre, ce parc national marin, dirigé par le Projeto Tamar, abrite de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs, dauphins et tortues dans un décor somptueux de plages et montagnes. Un éden retrouvé ?

8. Région du canyon du Colca (Pérou)

Incontournable ! Une région à la beauté renversante, un réseau de villages de haute montagne solidement ancrés dans leurs racines millénaires, où la tradition collahua est encore très vivace. Pour y arriver, il faut passer un col à 5 000 mètres d’altitude, plus haut que le sommet du Mont Blanc. L’air y est si vif, pur, sec, qu’il en est presque régénérant, bien que pauvre en oxygène. Ce monde rural isolé au bord du canyon le plus profond du monde abrite aussi un oiseau mythique, quasi divin, le condor. Le spectacle de son vol à la Cruz del Condor reste l’un des plus grands marqueurs émotionnels d’un voyage au Pérou. Costumes traditionnels brodés, marchés où crépitent couleurs et odeurs, églises et chapelles de style baroque-métis viennent encore ajouter au ravissement que procure le paysage.

9. Salar d’Uyuni (Bolivie)

Voici l’un des sites mythiques d’Amérique du Sud, un désert de sel d’un blanc immaculé qui forme une vraie mer intérieure à 3 800 m d’altitude, avec ses presque 100 km de diamètre. Au-delà de la richesse en lithium qu’il séquestre, qui peut-être un jour permettra à cette rude région de sortir de son extrême pauvreté, le salar est d’une beauté magnétique. Fouler sa croute immaculée parfaitement quadrillée, s’aveugler par la réverbération d’un soleil sans retenue, fixer l’horizon qui souvent se dérobe, comme un mirage, se perdre dans la forêt de cactus candélabres de l’île d’Incahuasi et rêver aux ethnies qui ont pu vivre sur ses rives inhospitalières... C’est une expérience, forte, inoubliable, à parfaire avec une nuit dans un hôtel de sel.

10. Chutes d’Iguazu (Argentine/Brésil)

Les plus belles chutes du monde ? Certainement, mais au-delà des superlatifs, la force du parc national d’Iguaçu est cet extraordinaire cadre naturel que l’on parcourt à l’envi depuis les rives brésiliennes et argentines. Le côté brésilien offre une vision panoramique de cet exploit de la nature, où environ quatre-vingt chutes dévalent avec fracas un arc de cercle couvert de végétation subtropicale. Le parcours se termine par le belvédère sur la « Garganta do Diabo » (la gorge du diable), la plus haute chute du parc avec ses 80 m, impressionnante par son débit et le fracas qu’elle génère. Passage en Argentine, où des chemins tortueux et des passerelles spécialement aménagées vous emmènent au plus près des cataractes.

11. José Ignacio (Uruguay)

José Ignacio est aujourd’hui ce que Saint-Tropez était dans les années 60-70, une parfaite illustration du « gypset ». Un lieu bohème par excellence à l’apparence pourtant simple, car tout le luxe se fait discret, sans ostentation. Pourtant c’est l’un des spots privilégiés de célébrités sud et nord américaines, qui recherchent le calme et la discrétion. Y aller en novembre, c’est profiter des plaisirs de l’avant-saison, sans la foule d’estivants de l’hémisphère austral, même si les tables gastronomiques et les lounges trendy ne seront pas encore ouverts... Ses quelques rues, ses marchands ambulants, son phare et ses barques de pêcheurs sans port, sa côte dentelée et ses plages forment un lieu très attachant où il fait vraiment bon profiter du lifestyle uruguayen.

12. Ile de Chiloé (Chili)

Une île mystérieuse, une île de légendes, un bout du monde pas comme les autres. Peut-être que son statut de région la plus humide du Chili y est pour quelque chose. Parfois le ciel semble vous tomber sur la tête, mais il n’en est rien, un rayon de soleil va percer le noir et irradier le paysage. Magique ! Ici les peuples Chonos de la côte et les Huilliches de l’intérieur ont longtemps résisté aux Espagnols, comme leurs cousins Mapuches d’Araucanie, puis ont été colonisés avant que la révolte mapuche sur le continent n’isole durant des années les Espagnols présents, créant ainsi un métissage « chilote ». Cette identité originale est l’un des attraits majeurs de l’archipel. Landes, lacs, champs de culture, superbes églises jésuites classées par l’Unesco et villages de pêcheurs forment un cadre heureux de découvertes quotidiennes. Il y a quelque chose de spécial ici, une aura magnétique, comme un indéfinissable sentiment de bien-être…

13. Péninsule Valdès (Argentine)

Vous êtes amoureux de la faune marine ? Ajoutez alors une escale en Patagonie atlantique. Ici règne l’harmonie entre mer et falaises, une série de baies et golfes isolés, propice aux amours de la faune marine qui se donne rendez-vous chaque année pendant le printemps et l’été australs. Vous aurez divers rendez-vous : en octobre et novembre, approchez les baleines franches australes en zodiac, venues ici mettre bas ; puis ce sera le tour des colonies lions de mer où le mâle dominant trône sur son harem ; viendront alors les éléphants de mer, colosses immobiles sur la plage pendant le sevrage de leurs petits ; enfin les manchots de Magellan, une troupe en marche si guindée et si maladroite, qui reste l’un des spectacles les plus attendrissants que réserve la faune de Patagonie.

14. Glacier Perito Moreno (Argentine)

Star de la Patagonie argentine, le Perito Moreno est l’un des sites les plus étonnants d’Amérique du Sud. En novembre, au printemps austral, il va commencer sa fonte estivale pour alimenter le lac Argentin de son millénaire lait bleu opalin. Afin de saisir toute la beauté du glacier légendaire, car ultime de la planète à « avancer », arpentez les passerelles construites sur la colline qui lui fait face et défiez le colosse de glace en face. Toute la perspective sur sa langue glaciaire à perte de vue vous est ainsi ouverte. Écoutez religieusement le chant des séracs qui craquent et parfois tombent en vrombissant dans le lac… Une expérience inoubliable. Puis approchez encore sa muraille en bateau depuis le « Brazo Rico » pour frissonner encore une fois.

15. Cap Horn (Chili)

Voici l’un des sites mythiques de la planète, pointe du continent américain, antichambre de l’Antarctique. Sa position entre deux océans, à 55°56’ Sud et 67°19’ Ouest, et l’intensité des phénomènes atmosphériques qui l’entourent font de son passage une expérience unique et inégalable. Ce parfait symbole du bout du monde, toujours redouté des marins, fut découvert en 1616 par des Hollandais qui ouvrirent ainsi une nouvelle voie de navigation de l’Atlantique au Pacifique, presque cent ans après Magellan. Pour fouler ce roc légendaire, il faut participer à une croisière magique qui vous mène d’Ushuaia à Punta Arenas au Chili, au long des merveilles des fjords de la Patagonie et de la Terre de Feu.

3 raisons de choisir
Les Maisons du Voyage

Des propositions pertinentes quels que soient le budget et la destination

Une agence de voyage créative, tout un univers dédié au voyage

Un service personnalisé du premier contact jusqu'au retour