5 questions à Nathalie Simmenauer, directrice développement durable d’Air France

5 questions à Nathalie Simmenauer, directrice développement durable d’Air France

Nathalie Simmenauer a débuté sa carrière chez Air France en 1988. Elle a occupé des postes à responsabilités dans des domaines variés comme la stratégie, les ressources humaines, les achats ou encore les systèmes d’information avant de prendre la responsabilité de grands projets transverses dans le digital et au service clients. En mars 2015, elle a été nommée Directrice du développement durable, en charge du développement de sa stratégie et de la mise en œuvre d’innovations responsables. Nathalie Simmenauer est ingénieur en statistiques.

Nous innovons pour élargir la portée de notre engagement environnemental et tenons la première place des compagnies aériennes au classement Dow Jones Sustainability Index.

Quels sont les moyens mis en œuvre par Air France pour réduire, outre la consommation de carburant, l’impact environnemental de chaque vol ?

Nous sommes engagés depuis de nombreuses années à réduire l’impact de notre activité sur l’environnement et proposer à nos clients un voyage responsable. Cela se matérialise au travers d’actions concrètes comme l’éco-pilotage avec le roulage à un moteur sur piste et l’optimisation des choix de nos routes, de la masse embarquée ainsi que de l’emport carburant, qui bout à bout, nous permettent de réduire de plus de 400 000 tonnes par an nos émissions de CO2. En renouvelant notre flotte, avec des appareils nouvelle génération, jusqu’à 67% plus légers, nous consommons jusqu’à 25% de carburant en moins par rapport aux avions qu’ils remplacent.
Malgré la crise du COVID qui nous frappe durement, nous avons réaffirmé et renforcé nos engagements environnementaux : nous avons décidé de cesser l’exploitation de nos A340 et de nos A380, les appareils long-courriers les moins performants de notre flotte, et nous avons maintenu nos commandes de 60 Airbus A220-300, 28 Airbus A350-900 et de notre 10e Boeing 787. En investissant dans une flotte plus performante, notre efficacité énergétique moyenne est aujourd’hui de 3,3 litres par passager pour 100 kilomètres - nous avons pour objectif de viser moins de 3 litres à horizon 2030 - et nous stabilisons l’empreinte sonore au niveau de 2005.
Enfin, nous œuvrons pour améliorer la gestion de nos déchets en supprimant, sur l’ensemble de nos vols, 210 millions d’articles en plastique à usage unique, en recyclant les déchets, lorsque les normes sanitaires le permettent, grâce au tri sélectif mis en place à bord, et en réduisant le gaspillage alimentaire. Notre objectif est de réduire de 50% les déchets non recyclables d’ici 2030.
Année après année, nous innovons pour élargir la portée de notre engagement environnemental, et nous sommes reconnu comme leader mondial du secteur, en tenant la première place des compagnies aériennes au classement Dow Jones Sustainability Index.

Votre programme de compensation à 100% des émissions de CO2 de vos vols domestiques est opéré avec quel organisme ?

Pour les émissions qui ne peuvent pas être réduites, nous contribuons à leur neutralisation de façon réglementaire au travers des systèmes européens (EU-ETS) et mondiaux (CORSIA) d’achat d’unités d’émission, communs à l’ensemble de l’industrie. De plus, de façon proactive, depuis le 1er janvier 2020, Air France compense 100% des émissions de CO2 de ses vols en France métropolitaine en contribuant, en collaboration avec notre partenaire EcoAct, à des projets de reforestation, de préservation des forêts et de la biodiversité, et d’énergies renouvelables, tout en s’assurant de la protection des populations les plus vulnérables. Cette démarche consiste à contribuer à des projets de réduction ou de captation de CO2, qui viennent contrebalancer les émissions de ces vols. Neuf projets sur quatre continents (Brésil, Pérou, Kenya, Cambodge, Inde, France) ont été sélectionnés. Tous les projets retenus ont obtenu les certifications les plus exigeantes du marché volontaire (Gold Standard, VCS et CCB). En France, deux projets seront menés dans le cadre du label bas carbone, dont un projet de R&D sur les Mangroves dans les DOM.
Air France est l’une des premières compagnies aériennes à compenser ses vols domestiques.
Nous proposons également à nos clients entreprises de compenser volontairement leurs vols et les clients individuels peuvent faire un don pour financer l’un des projets de plantation soutenus par le programme Trip and Tree.

Votre promesse de 50% de réduction de vos émissions CO2 à l’horizon 2030 se fonde sur quels éléments ? L’utilisation de batteries solaires, de biocarburant, de nouveaux moteurs ?
Air France a effectivement annoncé en octobre dernier sa nouvelle feuille de route environnementale, HORIZON 2030, pilier majeur de la stratégie de l’entreprise, avec l’engagement de réduire de 50 % nos émissions carbone par passager/km, d’ici 2030. En parallèle des actions concrètes précédemment évoquées et mises en œuvre quotidiennement, nous pensons que les carburants alternatifs durables sont également une voie prometteuse de réduction des émissions de CO2. Après avoir été parmi les premiers à expérimenter les biocarburants sur des vols commerciaux dès 2011, notre objectif est d’introduire progressivement le biocarburant de façon pérenne dans nos vols. Pour cela, nous œuvrons pour stimuler le marché destiné à l’aviation – qui n’existe pas encore en France – tout en prenant en compte des critères environnementaux, sociaux et économiques stricts.
Nous soutenons également des projets de recherche autour des carburants durables. Avant la fin de l’année 2020, nos vols au départ de San Francisco utiliseront un mélange de carburant conventionnel et de carburant durable. Cette initiative, qui concerne plus de 1 000 vols, s’étalera sur une période de 16 mois. Elle permettra d’éviter l’émission de plus de 6 700 tonnes de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie du biocarburant. Enfin avec la Fondation Solar Impulse, dont nous sommes partenaires, nous favorisons le développement de solutions innovantes, économiquement et écologiquement viables, pour une aviation plus durable dont toute l’industrie pourra profiter.

Comment sensibilisez-vous le personnel de la compagnie et les passagers à votre démarche responsable ?

Le dialogue et l’écoute sont essentiels à la compréhension des besoins et attentes de nos clients. Cette connaissance nous permet de développer une expérience client particulière en offrant des produits et services responsables et de qualité. Plusieurs programmes, ateliers et études nous permettent de mesurer l’intérêt de nos clients et de co-construire avec eux notre démarche responsable. La feuille de route environnementale Horizon 2030 a été largement communiquée auprès de nos clients, salariés et autres parties prenantes. Les salariés sont également sensibilisés au développement durable au travers des canaux de communication interne, de conférences, formations, ainsi que par des enquêtes internes qui permettent de recueillir leur perception et leurs suggestions. Nos clients peuvent retrouver nos engagements sur nos sites commerciaux, ainsi que régulièrement dans les pages de notre magazine de bord Air France Magazine. Une autre manière de sensibiliser nos clients a été, par exemple, de leur permettre de choisir l’un des projets de compensation des émissions sur les vols métropolitains, en votant pour le projet de leur choix : c’est ainsi qu’un projet de protection de la forêt amazonienne au Brésil est venu compléter notre portefeuille de projets !
Par ailleurs, nous invitons nos passagers soucieux de réduire leur empreinte environnementale à faire un don, du montant de leur choix, en faveur d’un projet de reforestation porté par l’association A Tree For You. Chaque client peut choisir le projet qu’il souhaite soutenir dans le monde et suivre son évolution. En 2019, plus de 20 500 donateurs ont contribué au financement complet de dix projets sur quatre continents, soit plus de 110 000 arbres plantés.
Nos clients membres du programme Flying Blue peuvent également offrir leurs miles à l’une des associations bénéficiaires du programme Flying Blue for Charities. Dans le cadre de la crise, nous avons dans ce cadre solliciter la générosité de nos membres au profit des personnels des établissements publics de santé et médico-sociaux, via la Fédération Hospitalière de France, pour permettre de leur offrir notamment des billets d'avion pour partir en vacances. Air France doublera le montant des miles offerts.
Enfin, nous avons créé un label « Take Care » pour faire connaître et mobiliser nos clients sur nos initiatives de développement durable. On peut, par exemple, retrouver ce label sur les gobelets et les couverts en matériaux biosourcés proposés en alternative au plastique à usage unique depuis fin 2019 à bord de nos avions.

Pensez-vous que les terribles retombées économiques de la crise du Covid-19 pour le transport aérien, vont accélérer ou freiner le développement durable au sein de la compagnie ?

Dans l’immédiat, la santé et le bien-être des clients et des personnels sont au cœur de nos préoccupations. Au-delà des procédures strictes d’hygiène appliquées habituellement sur nos vols, nous avons décidé de renforcer les mesures sanitaires pour se protéger les uns les autres, au sol comme en vol. Ces mesures sanitaires sont déployées sur l’ensemble du parcours. Ainsi, le port du masque est obligatoire dans nos avions depuis le 11 mai, de nouvelles mesures d’hygiène et de distanciation physique sont mises en place à l’aéroport, le contrôle de température corporelle progressivement déployé avant l’embarquement, le nettoyage et la désinfection des cabines renforcés, et l’offre à bord simplifiée pour éviter les contacts.
La crise du Covid-19 a un impact économique majeur sur le transport aérien. Nos vols ont dû être drastiquement réduits à moins de 5% de notre programme habituel. D’ici fin juin, nous espérons pouvoir opérer 111 destinations, soit environ 15% de l’activité. Nous envisageons une reprise des niveaux de trafic 2019 d’ici 3 à 5 ans.
La crise aura démontré l’importance stratégique de l’aviation et de notre mission : du rapatriement des citoyens des quatre coins du monde à la livraison de produits médicaux et sanitaires essentiels, et de la solidarité auprès des soignants et des plus démunis… Après la crise, nous sommes convaincus, chez Air France, que l’aviation sera essentielle pour accompagner la reprise.
Après la crise, nous serons plus que jamais engagés à être les pionniers d’une aviation plus durable ; innover et nous réinventer pour que le ciel puisse à nouveau relier les personnes, les économies et les cultures, pour un monde plus sûr, plus uni et plus responsable.

3 raisons de choisir
Les Maisons du Voyage

Des propositions pertinentes quels que soient le budget et la destination

Une agence de voyage créative, tout un univers dédié au voyage

Un service personnalisé du premier contact jusqu'au retour